Polynucléose neutrophile

Définition : Nb > 7.5 G/L chez l’adulte

 

Dépistée par les automates

Recommandation ISLH 2007 : nécessité d’un examen sur frottis Sg MGG si PNN > 20 G/L (chez un patient inconnu)

 

Que faut-il regarder ?

 

Au niveau de l’automate : autres messages ( myélémie ? immature gran ? blastes ?)

 

Au niveau de l’automate et après examen du frottis sanguin :

 

              myélémie : < 15 % ou  > 15 % (càd modérée ou forte)

              érythroblastes : 1 % , 2 – 10 % , > 10 %, > 100 %

              blastes : 1-3 %, < 5 % , > 20 % (Si > 20 % c’est a priori une leucémie aiguë)

              excès de monocytes : > 1 G/L, > 5 G/L, sans ou avec anomalies morphologiques franches

              excès de polys basophiles : soit modéré soit > 3 %

              morphologie des neutrophiles : segmentation nucléaire, colorabilité des granulations

 

Etiologie

 

Circonstances réactionnelles : myélémie modérée (<15 %) ou absente ; parfois anomalies morphologiques des PNN

 

- Stress : exercice violent  convulsions, douleur intense, choc électrique, grands traumatismes

 

- Infections : bactériennes aiguës, généralisées ou localisées, souvent à pyogènes (myélémie possible < 15%), fongiques (actinomycose, coccidiomycose), parfois virales (herpes, poliomyélite)

 

- Syndromes inflammatoires : maladies systémiques (arthrite rhumatoïde, périartérite noueuse, colite ulcéreuse, M de Hodgkin, …), goutte

 

- Nécroses tissulaires étendues: infarctus du myocarde, pancréatite aiguë, tumeurs malignes,…

- Divers médicaments : lithium, rituximab, injection d’adrénaline, corticothérapie (augmentation + importante si fortes doses), facteurs de croissance hématopoïétiques (G-CSF) 

 

- Phase de réparation d’une agranulocytose ou d’une aplasie médullaire (chimioinduite ou non)

 

- Divers :

                désordres endocrines : hypercorticisme, hyperthyroïdie, diabète

                période post-prandiale

                grossesse (au cours du travail et en post – partum (1-2 jours); début de période menstruelle, éclampsie et pré éclampsie

                tabagisme chronique [si > 15 cigarettes/jour, par démargination et augmentation de production ; un arrêt complet du tabac entraîne la disparition de la polynucléose en 3-6 semaines]

 

                crise drépanocytaire

                syndrome de Sweet avec manifestations cutanées

                hépatite alcoolique aiguë

             

                hypercytokinémie paranéoplasique : diverses tumeurs solides, principalement les cancers bronchiques (Nb PNN parfois > 100 G/L, exclusivement PNN matures, sans myélémie)

               

                post splénectomie (pendant environ 1 mois)               

                neutrophilies congénitales (exceptionnelles) = idiopathique chronique, ou avec déficit en C3b ou en molécules d'adhésion en surface des neutrophiles, ou avec splénomégalie, avec urticaire, anomalie de réponse à certaines cytokines

                empoisonnement avec certains toxiques (éthylène glycol)

                morsures de serpents et autres animaux venimeux

 

 

Pathologie maligne

 

- LMC : Nb leuco = 50 -200 G/L(parfois plus), myélémie (15 – 50 %) et excès d’éosinophiles et basophiles (morpho des PNN = normale)

- Maladie de Vaquez, thrombocytémie essentielle : polynucléose absente ou modérée (< 15 G/L)

- Splénomégalie myéloïde chronique : polynucléose variable, myélémie modérée, qq érythroblastes

 

- Syndromes myéloprolifératifs / dysplasiques : monocytose > 1G/L : LMMC adulte/enfant, LMC atypique (polynucléose avec dysgranulopoïèse +/- nette)

 

- Diverses hémopathies : certaines LA Myéloïdes, mastocytose systémique

 

juillet 2012