Classification OMS des leucémies aiguës myéloïdes

L’édition 2016 de la classification des tumeurs hématologiques est une révision de la classification OMS 2008 plutôt qu’une nouvelle classification, et son but est d’intégrer les informations récentes concernant la clinique, le pronostic, la morphologie, l’immunophénotype et la génétique qui sont apparues depuis 2008

 

 

Classification OMS 2016 des LAM.

  

1. LAM avec anomalies cytogénétiques récurrentes

 

 - LAM avec t(8;21) (q22;q22) ; RUNX1 - RUNX1T1

 

- LA promyélocytaire avec PML - RARA

 

- LAM avec inv(16) (p13.1q22) ou t(16 ;16) (p13.1q22) ; CBFB - MYH11

 

- LAM avec t(9;11) (p22;q23) ; MLLT3 - KMT2A (MLL)

 

- LAM avec t(6;9) (p23;q34) ; DEK - NUP214

 

- LAM avec inv(3) (q21q26.2) ou t(3;3) (q21;q26.2) ; GATA2, MECOM

 

- LAM (mégacaryoblastique) avec t(1;22) (p13;q13) ; RBM15 - MKL1

 

- LAM avec mutation NPM1

 

- LAM avec mutation bi allélique CEBPA

 

- Entités provisoires :           LAM avec BCR-ABL1

                                        LAM avec mutation RUNX1        

 

2. LAM avec anomalies associées aux myélodysplasies

 

 - Soit faisant suite à un syndrome myélodysplasique ou un syndrome myéloprolifératif/dysplasique

 

- Soit avec anomalie(s) cytogénétique(s) de syndrome myélodysplasique : voir tableau plus bas 

 

 3. Néoplasies myéloïdes post chimiothérapie

 

 Correspondent soit à une LAM-t soit à un SMD-t

 

4. LAM sans autre spécification par ailleurs (NOS) 

 

- LA Myéloblastique avec différenciation minime

 

- LA Myéloblastique sans maturation

 

- LA Myéloblastique avec maturation

 

- LA myélomonocytaire              

 

- LA monoblastique / monocytaire

 

- LA érythroïde pure   [l'érythroleucémie (= ancienne LAM6) disparait en 2016]

 

- LA mégacaryoblastique

 

- LA Myéloblastique à composante basophile

 

- LA avec myélofibrose (panmyélose aiguë)

 

5. Sarcome granulocytaire.

 

 On classe ici uniquement les sarcomes myéloïdes de novo sans évidence de maladie médullaire

 

[les sarcomes myéloïdes s’observent soit de novo (présentation inaugurale unique de n’importe quelle LAM), soit accompagnant une LAM avec envahissement myélo-sanguin, soit comme signe de rechute d’une LAM, soit comme la progression d’un SMP ou d’un SMD/SMP]

 

 

6. Proliférations myéloïdes associées à la trisomie 21 constitutionnelle :

 

                              -  Réaction leucémoïde transitoire

                              -  LAM associée à la trisomie 21 constitutionnelle

  

 

[ce sont souvent des proliférations mégacaryoblastiques, soit transitoires (découvertes à la naissance et persistant quelques semaines à quelques mois], soit une LAM (survenant souvent dans les 3 premières années de vie, précédées ou non d’une  TAM) ; la blastose sanguine et médullaire est variable ; il y a fréquemment des mutations de GATA1 et de la voie JAK/STAT]

 

 

Modifications par rapport à l’OMS 2008.

 

LAM avec anomalies cytogénétiques récurrentes.

 

      LAM avec t(15 ;17) : s’appelle maintenant : leucémie aiguë promyélocytaire avec PML-RARA.

 

     inv(3)(q21.3q26.2) ou t(3;3)(q21.3;q26.2) : ne correspond pas à un gène de fusion, mais à un repositionnement distal de l’enhancer de GATA2 pour activer l’expression de MECOM et simultanément entrainer l’haploinsuffisance de GATA2.

 

     Entité provisoire LAM avec mutation RUNX1 :n’est pas associée à des anomalies liées aux myélodysplasies ; semble associée à un mauvais pronostic.

 

     Entité provisoire LAM avec BCR-ABL1 : parce qu’il est parfois difficile, sans anamnèse ou renseignements cliniques, de séparer crise blastique de LMC et LAM de novo avec BCR-ABL1. La délétion de gènes de récepteurs d’antigènes (IGH, TCR), de IKZF1 et/ou de CDKN2A peut permettre le diagnostic différentiel entre la LAM de novo et la phase blastique de LMC.

 

LAM avec dysplasie multilignées.

 

     La présence d’une dysplasie multilignées ne suffit plus pour le classement dans ce groupe (pas de caractère pronostique isolé, mais seulement s’il existe des anomalies cytogénétiques de myélodysplasie)

 

     Si une mutation de NPM1 ou biallélique de CEBPA est retrouvée : classement dans les nouvelles entités correspondantes.

 

    Tableau des anomalies cytogénétiques suffisantes pour diagnostiquer une LAM avec modifications liées aux myélodysplasies quand il y a > 20% de blastes dans le sang ou la moelle et qu’une thérapeutique préalable a été exclue :

 

 

Caryotype complexe (3 anomalies ou plus) 

Anomalies déséquilibrées :

 -7/del(7q)

 del(5q)/t(5q)

 i(17q)/t(17p)

 -13/del(13q)

 del(11q)

 del(12p)/t(12p)

 idic(X)(q13)

Anomalies équilibrées :

 t(11;16)(q23.3;p13.3)

 t(3;21)(q26.2;q22.1)

 t(1;3)(p36.3;q21.2)

 t(2;11)(p21;q23.3)

 t(5;12)(q32;p13.2)

 t(5;7)(q32;q11.2)

 t(5;17)(q32;p13.2)

 t(5;10)(q32;q21.2)

 t(3;5)(q25.3;q35.1)

 

Néoplasies myéloïdes post traitement cytotoxique

 

Il existe parfois une mutation germinale dans des gènes de susceptibilité au cancer. Une étude familiale attentive recherchant une telle susceptibilité est soulignée.

 

LAM non caractérisées par ailleurs.

Un seul changement : la LA érythroïde. Les myéloblastes sont maintenant toujours comptés pour 100 cellules médullaires, et les cas avec ≥ 50% d’érythroblastes et ≥ 20% de blastes sont inclus parmi les LAM et les cas avec < 20% de blastes parmi les SMD. La majorité de ces LAM se reclasse parmi les LAM avec anomalies de myélodysplasie, et les autres parmi les LAM – NOS. Seule persiste la LA érythroïde pure, définie par : > 80% de précurseurs érythroïdes immatures avec ≥ 30% proérythroblastes.

 

Définition de la nature « myéloïde » des hémopathies.  Toutes les cellules appartenant aux lignées granulocytaire (neutrophile, éosinophile, basophile), monocytaire/macrophage, érythroblastique (érythroïde), mégacaryocytaire et mastocytaire.

 

 Remarques concernant les "blastes". Myéloblastes, monoblastes, promonocytes et mégacaryoblastes (mais pas les mégacaryocytes dysplasiques) sont comptés ensemble en « blastes » et ce % utilisé pour le diagnostic de la LAM en cause

Proérythroblastes : ne sont pas comptés en « blastes », sauf dans le cas de LA proérythroïde pure

 

 

 

 

Correspondance morphologique OMS 2008 / FAB

 

OMS 2008

 

FAB

Groupe avec anomalies cytogénétiques récurrentes

LAM avec t(8;21) (q22;q22) ; RUNX1-RUNX1T1

 

LAM avec t(15;17) (q22;q12) ; PML-RARA

 

LAM avec inv(16)(p13.1q22) ou t(16 ;16)(p13.1q22) ; CBFB-MYH11

 

LAM avec t(9;11)(p22;q23) ; MLLT3-MLL

 

LAM avec t(6;9)(p23;q34) ; DEK-NUP214

 

 

LAM avec inv(3)(q21q26.2) ou t(3;3)(q21;q26.2) ; RPN1-EVI1

 

 

LAM (mégacaryoblastique) avec t(1;22)(p13;q13) ; RBM15-MKL1

 

 

Entités provisoires :           LAM avec mutation NPM1

                                     LAM avec mutation CEBPA

 

 

Groupe avec anomalies associées aux myélodysplasies

 

- Faisant suite à un syndrome myélodysplasique ou un syndrome myéloprolifératif/dysplasique

- Ou présentant des anomalies cytogénétiques identiques à celles des myélodysplasies

- Ou présentant une dysplasie sur > 50% des cellules d’au moins 2 lignées myéloïdes

 

Groupe des LAM post chimiothérapie

 

Une seule entité quel que soit le  traitement

 

 

 

Groupe sans spécification particulière

 

LAM avec différenciation minime

 

LAM sans maturation

 

LAM avec maturation

 

LA myélomonocytaire

 

LA monoblastique / monocytaire

 

LA érythroïde :     LA érythroïde pure

Erythroleucémie : n'existe plus dans la classification OMS 2016

 

LA mégacaryoblastique

LAM à composante basophile

LA (panmyélose aiguë) avec myélofibrose

 

LAM avec maturation (LAM2 – FAB)

 

LA à promyélocytes (LAM3 – FAB)

 

LA Myélomonocytaire aiguë avec éosinophiles anormaux (LAM4eo – FAB)

 

LA Monoblastique (LAM5 – FAB)

 

LAM avec maturation et excès de basophiles (LAM2 – FAB)

 

LAM avec mégacaryocytes anormaux (voir LA à mégacaryocytes)

 

LA mégacaryoblastique (LAM7 – FAB)

 

 

Divers types de LAM (souvent LA sans maturation, myélomonocytaires ou monoblastiques)

 

 

 

 

Divers types morphologiques : souvent LAM sans ou avec maturation, ou LA myélomonocytaires

 

 

 

 

 

Divers types morphologiques : souvent LAM sans ou avec maturation ou LA myélomonocytaires

 

  

 

LAM 0 – FAB

 

LAM 1 – FAB

 

LAM 2 – FAB

 

LAM 4 – FAB

 

LAM 5 – FAB

 

LAM 6 – FAB  

 

LAM 7 – FAB

 

 

 

 

  

 

 

 

Quelques références.

 

Arber DA et al. The 2016 revision to the World Health Organization (WHO) classification of myeloid neoplasms and acute leukemia. Blood 2016

Swerdlow SH, Campo E, Harris NL, et al, eds. WHO Classification of Tumours of Haematopoietic and Lymphoid Tissues. Lyon, France: IARC; 2008.

Mufti GJ, Bennett JM, Goasguen J, et al. Diagnosis and classification of myelodysplastic syndrome: International Working Group on Morphology of myelodysplastic syndrome (IWGM-MDS) consensus proposals for the definition and enumeration of myeloblasts and ring sideroblasts. Haematologica. 2008;93:1712–1717

Mrozek K, Bloomfield CD. Chromosome aberrations, gene mutations and expression changes, and prognosis in adult acute myeloid leukemia. Hematology Am Soc Hematol Educ Program. 2006;169–177

Paschka P, Marcucci G, Ruppert AS, et al. Adverse prognostic significance of KIT mutations in adult acute myeloid leukemia with inv(16) and t(8;21): a Cancer and Leukemia Group B Study. J Clin Oncol. 2006;24:3904–3911

Mrozek K, Marcucci G, Paschka P, Whitman SP,BloomfieldCD. Clinical relevance of mutations and gene-expression changes in adult acute myeloid leukemia with normal cytogenetics: are we ready for a prognostically prioritized molecular classification? Blood. 2007;109:431–448

Schlenk RF, Dohner K, Krauter J, et al. Mutations and treatment outcome in cytogenetically normal acute myeloid leukemia. N Engl J Med. 2008;358:1909–1918

Thiede C, Koch S, Creutzig E, et al. Prevalence and prognostic impact of NPM1 mutations in 1485 adult patients with acute myeloid leukemia (AML). Blood. 2006;107:4011–4020

Zelent A, Guidez F, Melnick A, Waxman S, Licht JD. Translocations of the RARalpha gene in acute promyelocytic leukemia. Oncogene. 2001;20:7186–7203

Meyer C, Schneider B, Jakob S, et al. The MLL recombinome of acute leukemias. Leukemia. 2006;20:777–784

Weinberg OK, Seetharam M, Ren L, et al. Clinical characterization of acute myeloid leukemia with myelodysplasia-related changes as defined by the 2008 WHO classification system. Blood. 2009;113:1906–1908

Wandt H, Schakel U, Kroschinsky F, et al. MLD according to the WHO classification in AML has no correlation with age and no independent prognostic relevance as analyzed in 1766 patients. Blood. 2008;111:1855–1861

Haferlach T, Schoch C, Loffler H, et al. Morphologic dysplasia in de novo acute myeloid leukemia (AML) is related to unfavorable cytogenetics but has no independent prognostic relevance under the conditions of intensive induction therapy: results of a multiparameter analysis from the German AML Cooperative Group studies. J Clin Oncol. 2003;21:256–265

Singh ZN, Huo D, Anastasi J, et al. Therapy-related myelodysplastic syndrome: morphologic subclassification may not be clinically relevant. Am J Clin Pathol. 2007;127:197–205

Pileri SA, Ascani S, Cox MC, et al. Myeloid sarcoma: clinico-pathologic, phenotypic and cytogenetic analysis of 92 adult patients. Leukemia. 2007;21:340–350

Massey GV, Zipursky A,ChangMN, et al. A prospective study of the natural history of transient leukemia (TL) in neonates with Down syndrome (DS): Children's Oncology Group (COG) study POG-9481. Blood. 2006;107:4606–4613

Pilichowska ME, Fleming MD, Pinkus JL, Pinkus GS. CD4+/CD56+ hematodermic neoplasm ("blastic natural killer cell lymphoma"): neoplastic cells express the immature dendritic cell marker BDCA-2 and produce interferon. Am J Clin Pathol. 2007;128:445–453

Pui CH, Robison LL, Look AT. Acute lymphoblastic leukaemia. Lancet. 2008;371:1030–1043

Armstrong SA, Look AT. Molecular genetics of acute lymphoblastic leukemia. J Clin Oncol. 2005;23:6306–6315

 Vardiman JW et al. The 2008 revision of the WHO classification of myeloid neoplasms and acute leukemia: rationale and important changes. Blood 2009;114:937-951

 

 

 

Mai 2016