Cellules lymphoïdes et organes lymphoïdes périphériques :morphologie et histologie

 

 

Les organes lymphoïdes périphériques sont constitués des ganglions lymphatiques, de la rate, du thymus, et les formations lymphoïdes associées aux muqueuses.

 

1 Les lymphocytes du sang et de la moelle osseuse

 

1.1. Données quantitatives.

 

Les lymphocytes sanguins: nombre total = 1.0 – 4.0 G/L

 

[Approximativement à 10-20% de B, 70% de T et 10 % de nonB – nonT (=NK)]

 

lymphocytes B =                             0.1 – 0.4 G/L                       (environ 10 -20 % du total des Ly)

lymphocytes T =                              1.0 – 3.5 G/L                       (environ 70 % du total des Ly)

Rapport CD 4 / CD 8                       = 1.2 – 3.0

 

cellules NK =                                     0.1 – 0.4 G/L                       (environ 10 % du total des Ly)

Grands lymphocytes granuleux (LGL) : 10 – 20 % des lymphocytes (< 0.5 G/L)

Pas de relation entre morphologie et immunophénotype, sauf pour les LGL (CD8+ ou NK)

 

Dans la moelle osseuse: 5 - 15 % lymphocytes (adulte)

Chez un adulte : lymphocytose médullaire pathologique si > 20 %

 

1.2. Aspects morphologiques.

 

 L1  L2  L3

Petit lymphocyte (à gauche) : cellule arrondie de 8 - 12 µm de diamètre, avec rapport N/C > 0.9 ; noyau très dense, rouge violet foncé, arrondi, avec parfois une petite encoche ou dépression. Discret cytoplasme basophile (souvent visible au niveau de la dépression nucléaire)

 

Grand lymphocyte (au centre et à droite) : 12 - 15 µm de diamètre, rapport N/C = 0.6 – 0.8. Noyau ovalaire ou quadrangulaire, avec chromatine dense d'aspect plus ou moins laqué et quelques craquelures ou marbrures. Cytoplasme translucide, parfois discrètement bleuté

 

 

 L4

Grand lymphocyte granuleux = grand lymphocyte contenant 5 à 30 granulations rouges que l'on arrive habituellement à bien individualiser.

 

2. Les ganglions lymphatiques.

 

A l'état normal les ganglions ne sont pas palpables. Une adénopathie palpable, c'est-à-dire accessible à la ponction ou la biopsie, et pathologique.

 

2.1. Les principales aires ganglionnaires.

 

- les adénopathies externes ou périphériques : cervicales (occipitales, parotidiennes, sous - maxillaires, sous le menton, jugulo-carotidiennes, spinales, sus-claviculaires).

- autres aires externes : axillaires, épitrochléennes, inguino-crurales.

- adénopathies profondes (accessibles par la radiologie ou la chirurgie) : médiastinales, abdominales, mésentériques, rétro-péritonéales.

 

2.2 Histologie générale du ganglion.

 

D9

 

La coupe du ganglion laisse apparaître plusieurs régions :

 

- une capsule externe et un espace sous-capsulaire dans lequel vont cheminer les lymphocytes venant des tissus.

- une région médullaire riche en petits sinus, où aboutit l'artériole ganglionnaire et d’où partent la veinule ganglionnaire et la circulation lymphatique efférente.

- une région périphérique constituée des follicules et de la région inter-folliculaire.

 

2.3. Le follicule lymphoïde.

 

Follicule primaire : petit amas de cellules lymphoïdes essentiellement T et de quelques macrophages.

Follicule secondaire : se développe lors de la réponse immune ; il est riche en cellules B, avec plusieurs régions :

 

D10

 

2.4. Les cellules lymphoïdes du ganglion.

 

 L5

Petites cellules centrofolliculaires : 8 – 12 µm de diamètre, avec rapport N/C élevé et proche de 1. Le noyau à une chromatine dense ; une encoche nette qui peut couper le noyau en 2 (aspect en grain de café). Quasi absence de cytoplasme (parfois appelés petits centrocytes)

 

 L6

Grandes cellules centrofolliculaires ou centroblastes. Cellules de grande taille (15-25 µm de diamètre), ayant l'aspect de blastes ; rapport N/C > 0,8, chromatine fine avec 2 à 5 nucléoles souvent marginés (= collés à la membrane nucléaire externe)

 

 L7

Cellules de la zone manteau : 10 - 20 µm de diamètre ; un peu plus grandes que les cellules centrofolliculaires, avec une chromatine un peu plus claire ; un ou plusieurs sillons chromatiniens plus ou moins nettement dessinés, donnant un aspect parfois polylobulé au noyau. En règle générale le rapport N/C est très élevé (= quasi absence de cytoplasme) ; les nucléoles sont rares. Plusieurs aspects morphologiques sont possibles (petit, ou au contraire grands, parfois un nucléole net).

 

L8 

Immunoblastes : grandes cellules (20 – 25 µm de diamètre) avec rapport N/C = 0.8 – 0.9. Le noyau a une chromatine finement ponctuée ou mottée et souvent un seul nucléole volumineux et subcentral. Le cytoplasme est intensément basophile.

 

 L9

Plasmocytes : cellules arrondies ou ovalaires, de 15 à 30 µm de diamètre. Le rapport N/C est faible (0.3 – 0.4). Le noyau est petit, arrondi ou ovalaire, avec une chromatine densément mottée (aspect en rayons de roue ou en carapace de tortue), et est excentré dans la cellule. Le cytoplasme est abondant, très basophile, avec une région mal délimitée et claire collée au noyau (= archoplasme, correspondant à l'appareil de Golgi).

 

 

Ces diverses cellules sont la contrepartie morphologique des diverses étapes de la réponse immune, qui débute quand le lymphocyte naïf a rencontré l’Ag complémentaire de son Ig de surface :

 

D11

 

En plus des diverses cellules décrites ci-dessus on observe des cellules macrophagiques présentatrices d’Ag, appelées cellules réticulaires dendritiques dans les régions B du ganglion et appelées cellules interdigitées dans les zones T.

 

3. La rate.

 

Petit organe situé dans l'hypochondre gauche, à fonction hématopoïétique importante chez le fœtus, puis essentiellement lymphoïde et phagocytaire chez l'enfant et l'adulte.

Organe richement vascularisé : le sang pénètre dans la rate par les artérioles spléniques, puis circule dans la pulpe rouge, constituée de lacs sanguins, pour aboutir à la veinule splénique. Le tissu lymphoïde est disposé en manchons autour des artérioles.

 D12

 

D13

 

 

La rate contient 50 – 100 ml de sang et environ 1/3 de l’ensemble des plaquettes de l’organisme, qu’elle peut libérer lors de la splénocontraction.

 

4. Le tissu lymphoïde associé aux muqueuses.

 

Appelé tissu MALT ou Mucosa Associated Lymphoid Tissue.

 

Il s'agit d'un ensemble de petites formations constituées de quelques lymphocytes qui, après contact avec un antigène, sont restées implantées dans la muqueuse, développant des structures proches de petits follicules (surtout dans le poumon, ou l'intestin = plaques de Peyer).

 

5. Le thymus.

 

Organe lymphoïde situé dans le médiastin antérieur et supérieur. Il est formé de 2 lobes divisés en plusieurs lobules (qui sont les unités anatomiques du thymus).

 

Sa masse maximale est de 40 grammes vers l'âge de 4 ans. Il involue en partie ensuite.

 

Le lobule contient 3 régions : cortex superficiel, cortex profond, et médullaire.

 

Au sein de ces structures on trouve de nombreuses petites formations kystiques dispersées, appelées corpuscules de Hassal (on y observe des cellules endothéliales riches en débris).

 

Les cellules lymphoïdes T se distribuent dans les différentes régions selon leur stade de différenciation

 

D14D15

 

 

février 2011